Piège à atomes

0
455

Les atomes subissent une force dipolaire dans un faisceau laser, qui peut soit les attirer vers les zones de forte intensité lumineuse (quand la longueur d’onde du laser est plus grande que la longueur d’onde absorbée par les atomes, c’est-à-dire quand le laser est “plutôt rouge” par rapport à l’atome), soit les repousser des zones de forte intensité lumineuse (quand le laser est “plutôt bleu”). Ici, on utilise un laser dans l’infrarouge focalisé, donc les atomes sont attirés vers les zones de forte intensité lumineuse, c’est-à-dire par le point focal du faisceau

« Back to Glossary Index
Partager
Marion a fait ses études à l'ENS Paris. Elle a suivi le master Concepts fondamentaux de la physique, parcours mécanique quantique, avec un stage de 6 mois à Melbourne, Australie, en M1, au cours duquel elle a commencé à travailler sur des superfluides fermioniques, suivi d'un stage de M2 dans son équipe de thèse. Puis elle a commencé sa thèse au Laboratoire Kastler Brossel (LKB), ENS, sur les mélanges de superfluides. Profitant des travaux dans le bâtiment de physique et de la fermeture des labos, elle a pu passer l'agregation de physique en 2015, avant de soutenir sa thèse en 2016. En ce moment elle est demi-ATER à Besançon, où elle enseigne en école d'ingénieur (ENSMM) tout en participant à la construction d'une horloge atomique optique à ion unique Yb+ (Ytterbium).